Exposition Bruno Boudjelal
« Les paysages du départ »

Thomas Doubliez – TD Galerie
A le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition

Vernissage: 03, Octobre, 2013   /   18:00 – 21:00
04/10/2013 – 12/10/2013  (du Lundi au Samedi)
11:00 – 19:00
TD Galerie,  29 rue de Trévise, 75009, Paris ( galerie-t)

bruno-expo004

Dos à l’Afrique, face aux rives européennes de l’Espagne et de l’Italie, B. Boudjelal tourne et retourne sur les lieux d’où embarquent les migrants clandestins. Il photographie des paysages blancs qui fixent en une même photographie l’éblouissement de la lumière, la disparition du paysage et les constructions du souvenir. Initié par François Cheval et le musée Niépce, cette série trouve aujourd’hui sa forme complète de 19 tirages. Elle rejoint l’ important corpus algérien et africain de Boudjelal qui depuis « Jours intranquilles »ne cesse de questionner ses liens au nord et sud de la Méditerranée.

bruno-expo001

      En  contrechamp à cette série, Harragas, vidéo réalisée à partir de films de téléphones portables de candidats à l’exil  lors de leur traversée vers l’Europe. Des « voyageurs » qui partent d’Algérie  pour l’Espagne ou la Sardaigne, enregistrent ainsi leur aventure et, grimaçante métaphore, utilisent également leur téléphone pour s’orienter vers les antennes des réseaux de communication européens.

      Portable,  témoin d’un genre nouveau: on n’oserait parler de téléphone arabe, qui des premières images de la prison d’Abu Ghraib en Iraq aux derniers développements des révolutions arabes, fait bouger durablement les lignes éthiques, esthétiques et politiques de l’image dans le monde arabe. C’est aussi le propos de cette vidéo.

0001 2

Harraga est un mot qui en arabe nord-africain veut dire brûler. On désigne ainsi les jeunes qui quittent les rives du Maghreb, qui brûlent la route, qui brûlent leurs papiers, pour essayer de rejoindre l’Europe sur des bateaux de fortune.

En Algérie, ils partent essentiellement de deux régions, à l’est celle d’Annaba pour se rendre en Sardaigne et à l’ouest celle d’Oran pour se rendre en Espagne.

Cette série de photographies a été réalisée le long des côtes de ces deux régions où j’ai effectué toute une série de paysages des lieux d’où patent les «  Harragas  «.

Ces paysages du départ sont une évocation de la dernière image restant à l’esprit de celui qui quitte son pays natal.

 

bruno-expo002


*
HARRAGAS et Téléphones mobiles
Avant de prendre la mer les  » harragas » demandent à des Algériens vivant en Espagne ou en Italie de leur envoyer des cartes SIM espagnoles ou italiennes.

Une fois en possession de ces cartes SIM, ils les mettent dans leurs téléphones portables avant de prendre la mer. C’est ainsi qu’ils tenteront de se diriger au cours de leur traversée en consultant régulièrement leur téléphone pour voir s’ils ont du réseau et donc savoir s’ils se rapprochent des côtes espagnoles ou italiennes.

Le téléphone portable a donc un rôle et une fonction très importante lorsque les « harragas » tentent de traverser la mer pour venir en Europe. Mais il leur donne aussi la possibilité de photographier et de filmer leur périple. Cela leur permet de garder une trace de leurs aventures qu’ils pourront montrer ou bien envoyer à ceux restés au pays.

C’est ainsi par hasard, grâce à un ami travaillant dans une association pour la jeunesse en Algérie « RAJ », que j’ai appris l’existence de ces petits films qui circulaient au pays dans la famille ou parmi les amis de ceux qui sont partis  » brûler la route « . Grâce à cet ami, j’ai pu en récupérer quelques-uns.

 

bruno-expo003

 

 

Actualité B.Boudjelal à Marseille 2013

1/ B.Boudjelal invité de Marseille 2013 et la friche de la Belle de Mai dans le cadre d’un festival « les Rencontres à l’Échelle » organisé par les Bancs Publics à exposer « Jours Intraquilles » son travail  précédant travail sur l’Algérie (1999-2003)
*Téléchargez le PDF

2/ Une résidence avec Sid Ahmed Semiane (SAS). Invités par Marseille 2013 à continuer ces correspondances dans le cadre d’un projet intitulé « Roman feuilleton  » (http://www.mp2013.fr/evenements/2013/01/le-roman-feuilleton-les-mystere-de-la-capitale/).
*Téléchargez le PDF

3/ Vidéo sur les Harragas  présentée à Marseille dans l’exposition « Le Pont » au MAC jusqu’au 20 octobre.
*Téléchargez le PDF

 

Bruno Boudjelal
Téléchargez la biographie de l’artiste

Franco-Algérien. Né en 1961 à Montreuil.
Vit et travaille à Paris et en Afrique.

Français d’origine algérienne, il pratique la photographie comme un mode de vie qui interroge sans cesse sa propre identité et nous confronte à la nôtre.

Lorsque son père décide de retourner en Algérie, il l’accompagne et découvre à la fois un pays, une famille, un monde traversé de violences, des paysages qui lui parlent et des individus avec lesquels il dialogue sans savoir vraiment comment se situer. De là dix années d’exploration très personnelle de l’Algérie, entre carnet de voyage et témoignage, qui vont l’amener à passer du noir et blanc à la couleur, à assumer de plus en plus le fait que son point de vue n’est que subjectif, marqué par son histoire personnelle, mais curieux de mettre en perspective le quotidien et l’Histoire.

Lorsqu’il décide que ce travail en Algérie est terminé, il le structure sous forme d’exposition, de projection et de livre, puis décide de se concentrer sur l’Afrique.

Tendu entre deux continents, entre deux cultures, il est simplement généreux et revendique sa capacité à comprendre et à transcrire une complexe problématique entre le Nord et le Sud.

18. septembre 2013 par thomasdoubliez
Catégories: Bruno Boudjelal, Expositions | Laisser un commentaire