Exposition « Sinai Park » Par Andrea & Magda

Exposition « Sinai Park »

Par Andrea & Magda

Exposition:  du 12 novembre 2015 au 17 janvier 2016
Lieu: Maison Européenne de la Photographie – 5/7 rue de Fourcy, 75004 Paris

001

Le Sinaï a subi de plein fouet l’effet de la révolution Égyptienne : dans les villages hôteliers de la côte de la mer rouge, « Tahrir » est synonyme de catastrophe économique. Si l’Égypte parie massivement sur le secteur du tourisme dans le Sinaï, c’est la quasi-totalité de l’économie locale qui repose sur l’industrie touristique. Un pari risqué, car cette mono-économie est lourdement fragilisée à chaque séisme politique ayant un écho médiatique international. Les attaques terroristes survenues dans les années 2000, l’Intifada de la proche Palestine, la révolution Égyptienne, puis récemment l’émergence de groupes affiliés à Daesh au nord du Sinaï affectent la confiance des occidentaux, pilier principal des rouages du secteur.

002

Seul à Sharm el Sheikh, îlot de carton-pâte sous contrôle ultra-sécurisé, les tour-operators sont en nette reprise, misant sur les « package all-inclusive discount ». Les grosses chaines hôtelières se vantent de la reprise des réservations depuis l’élection du général Al Sissi, et les travailleurs hôteliers venus des quatre coins d’Égypte s’enorgueillissent d’un gouvernement qui exhibe ses atouts militaires en preuve de force. Dans le reste du Sud Sinaï, des carcasses d’hôtels fantômes, abandonnés ou jamais terminés, recouvrent toute la côte de Taba à Sharm el Sheikh. Les bédouins, population nomade indigène du Sinaï, subissent une politique de contrôle militaire sévère, et sont largement mis à l’écart de la manne touristique.

003

Le développement d’un tourisme gourmand mené par les investisseurs cairotes et les pays du Golfe a métamorphosé le territoire : une architecture d’ampleur démesurée, un environnement ravagé par la spéculation immobilière, une culture locale folklorisée, et un morcellement extrême des espaces sous haute surveillance militaire. Le Sinaï des palais de plâtre et des décors de mille et une nuits ressemble à un non-lieu, tel que l’ethnologue Marc Augé avait défini les lieux produits par la  mondialisation : un monde artificiel et naïf, détaché de la réalité locale et conforme à l’imaginaire d’un folklore standard et faussement rassurant.

03. novembre 2015 par thomasdoubliez
Catégories: Expositions | Laisser un commentaire